News

16.03.2021

Vous avez un appel – Théâtre téléphonique

12.04.2021

Appel du public et des artistes au Conseil fédéral et aux autorités cantonales

Nous, public et artistes, exprimons par cet appel, le besoin de culture vivante, après plus d’une année de fermeture des lieux culturels.

L’ouverture de salles de théâtre, de cinéma ou d’autres lieux d’expression des arts vivants, avec une jauge réduite, proportionnée à la capacité de la salle, avec un nombre variant entre 50 et 200 personnes en fonction des installations et dans le strict respect des consignes sanitaires, est possible; nous demandons au Conseil fédéral d’en prendre acte et d’autoriser l’ouverture des lieux culturels encore ce mois d’avril selon les perspectives qui ont été communiquées en mars, et aux autorités cantonales d’appuyer cette démarche.

La gestion collective des conditions sanitaires a en effet progressé (tests rapides gratuits, auto-tests, intégration des gestes barrière, processus de vaccination, etc.). Ces évolutions doivent conduire à des assouplissements rapides et à la suspension de l’interdiction totale. La cohérence et l’équité des mesures sanitaires sont une exigence de la population dans la phase que nous traversons. Ce qui était compréhensible il y une année compte tenu d’une situation inédite, ne l’est plus aujourd’hui. De nombreux secteurs sont en activité depuis plusieurs mois en dépit de risques sanitaires comparativement plus élevés, ce qu’attestent de nombreuses études scientifiques.

Cet appel s’inscrit dans l’esprit de l’article 27 de la Déclaration universelle des droits humains: «toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts (…)».

Rendons au public son droit à l’accès à la culture vivante, car elle est plus que jamais essentielle pour prendre la distance nécessaire face à une crise éprouvante. Elle est essentielle pour réparer et nourrir des liens sociaux fortement endommagés après une année d’isolement, de division et de séparations. Restituons aux institutions théâtrales et autres scènes, aux artistes et artisans du spectacle, leurs outils de travail et le droit de remplir leurs missions auprès de la population.

AJOUTEZ VOTRE SIGNATURE

Premières et premiers signataires:

Nicole Valiquer Grecuccio, députée socialiste au Grand Conseil genevois, abonnée à des scènes culturelles ; Mathieu Bertholet, auteur, metteur en scène ; Anne Bisang, metteure en scène, directrice artistique ; Vincent Baudriller, directeur de théâtre ; Joan Mompart, metteur en scène et comédien ; Gabriel Alvarez, metteur en scène ; Nathalie Tacchella, chorégraphe ; Muriel Chenaux Mesnier, passionnée de littérature et de théâtre, conseillère communale socialiste Lausanne ; Joëlle Richard, auteure et metteure en scène ; Catherine Gaillard, directrice artistique ; Rosangela Gramoni, amoureuse des arts vivants ; Roberto Grecuccio, architecte-urbaniste ; Sandro Rossetti, architecte-musicien ; Nicolas Rossier, co-directeur artistique du Centre Dramatique Fribourgeois – Théâtre des Osses, metteur en scène et comédien ; Geneviève Pasquier, co-directrice artistique du Théâtre des Osses – Centre dramatique fribourgeois, metteure en scène et comédienne ; Dominique Kuner, consultante ; Sandrine Kuster, directrice de théâtre ; José Lillo, metteur en scène et comédien ; Dominique Rovini, directrice des Créatives ; Franceline Dupenloup, retraitée, abonnée au théâtre ; Florence Kraft Babel, directrice artistique, conseillère municipale PLR en Ville de Genève et membre de la commission des arts et de la culture ; Nathalie Maillard, directrice commerciale et artiste ; Robert Bouvier, directeur de théâtre ; Francine Betran, juriste ; Jean-Charles Rielle, médecin, député au Grand Conseil genevois, ancien conseiller national ; Marie Guye Bernasconi, amateure de musique ; Véronique Ferrero Delacoste, directrice artistique ; Astrid Lavanderos ; Greg Zavialoff, directeur de festival ; Gabrielle Brodmann, enseignante retraitée ; Jacqueline Corpataux, comédienne ; Pierre Villars ; FFAV – faîtière fribourgeoise des arts vivants ; Philippe Olza, producteur culturel ; Claire Heuwekemeijer, conteuse ; Caroline Alvarez, conseillère communale socialiste Lausanne ; Julien Jacquiéroz, directeur de théâtre et comédien ; Caroline Gasser, comédienne ; Vincent Brayer, chef du groupe socialiste au Conseil Communal de Lausanne, enseignant ; Annick Kammacher, consulting finance spécialiste cinéma ; Dominique Mercier, enseignant, amoureux des arts vivants ; Raïssa Mariotti, comédienne ; Christine Métrailler, conteuse ; Isabella Tonna, abonnée ; Francesca Marchesini ; Martine Pernoud, musicienne, fondatrice de l’Ecole de la Bulle d’air ; Sylviane Tille, metteuse en scène ; Natacha Buffet-Desfayes, membre du Conseil de fondation de Saint-Gervais et députée PLR au Grand Conseil ; Pierre-Alain Dupraz, architecte ; Lorena Parini, professeure en études genre UNIGE ; Christiane Antoniades-Menge, auteure ; Thierry Sartoretti, journaliste culturel et spectateur assidu des arts de la scène ; …

13.02.2021

Lettre ouverte

NO CULTURE NO FUTURE

La culture fonctionne comme un écosystème, au sein duquel des travailleuses et travailleurs aux compétences multiples mettent en commun leurs différents savoir-faire au service de la création artistique. Et comme dans n’importe quel écosystème, même une légère variation locale dans le cycle de production est susceptible de provoquer d’importants dégâts. Ainsi, les conséquences des arrêts à répétition du secteur culturel sont dramatiques : de la fermeture des lieux culturels et l’annulation de festivals découlent des annulations de spectacles, concerts ou expositions qui, à leur tour, font courir les travailleur.euses culturel.les à la ruine économique. Tout l’écosystème est ainsi impacté, comme lors d’un coup de gel.

Ces conséquences se feront hélas sentir durablement, les saisons étant saturées par les reports, qui sont d’autant plus nombreux que la fermeture des lieux se prolonge. Pour tenter d’y répondre, des associations ont tiré la sonnette d’alarme à propos des difficultés rencontrées par les travailleur.euses culturel.les, et ce depuis le début de la crise sanitaire. Rappelons que cette crise met aussi en lumière la précarité des milieux culturels, situation déjà dénoncée depuis longtemps par les organisations professionnelles. C’est pourquoi elles ont, dès la première vague de contamination, alerté les pouvoirs publics sur la menace de voir se profiler un véritable désert culturel si rien n’est entrepris pour atténuer les conséquences des mesures imposées par les pouvoirs publics.

Aujourd’hui, nous, organisations professionnelles du domaine culturel, avons décidé de rappeler, collectivement, les propositions qui, selon notre expertise de terrain, sont nécessaires afin de limiter au maximum les dégâts causés par les mesures prises pour faire face à la pandémie (voire de mettre en place, de façon pérenne, des conditions de travail décentes pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs de la culture). Elles doivent être adoptées le plus rapidement possible par les autorités, c’est une question de survie pour notre secteur.

Il faut donc, urgemment :

  • Rouvrir progressivement les lieux culturels au public, en cohérence avec la réouverture des autres secteurs économiques et dans le respect des mesures de protection, afin de garantir un accès réel à la culture à toutes et tous
  • Reconnaître juridiquement et administrativement le statut spécifique des travailleur.euses culturel.les au niveau fédéral
  • Développer massivement les soutiens financiers à la recherche artistique et la formation continue, afin que les travailleur.euses culturel.les puissent continuer à travailler, à cultiver leur savoir-faire et partager leurs compétences, également en dehors de la diffusion des oeuvres
  • Soutenir et encourager les actions menées au niveau des cantons pour désengorger les lieux culturels
  • Simplifier et accélérer les démarches administratives nécessaires pour l’obtention des indemnités financières
  • Revoir le mode de calcul des indemnités APG afin de garantir aux indépendant.es des revenus décents
  • Prolonger les délais-cadres de chômage avec les indemnités compensatoires nécessaires pour les intermittent.e.s considérablement fragilisé.e.s depuis mars 2020

La culture est non seulement un secteur économique à part entière, mais aussi une activité fondamentale à nos développements individuels et collectifs et un outil pour penser nos sociétés et imaginer nos futurs possibles. Elle doit donc être reconnue comme essentielle par les pouvoirs publics.

Nous en appelons aux pouvoirs publics pour qu’ils assument les conséquences de leurs décisions. Si nous sommes empêché.es de travailler, nous devons être indemnisé.es. Faute de quoi, un secteur qui représente près de 300’000 emplois et plus de 3% du PIB sera durablement mis à mal, avec les conséquences économiques et sociales que cela implique.

En tant que faitières, nous soutenons les actions déjà menées depuis mars dernier, telles que cultureismyjob.ch et le manifeste des acteur.rices culturel.les suisses.

Les travailleur.euses de la culture
noculturenofuture.ch

09.03.2021

Dans nos maisons – Novembre 2020-Février 2021

L’ADC, la Comédie de Genève, Le Crève-Cœur, Le Galpon, le POCHE /GVE, le Théâtre Alchimic, le Théâtre Am Stram Gram, le Théâtre de Carouge, le Théâtre des Marionnettes, le Théâtre du Loup, le Théâtre Forum Meyrin, le Théâtre Saint-Gervais : ces douze théâtres de Genève se sont associés pour répertorier dans un document commun les actions artistiques, culturelles, pédagogiques, sociales, engagées par chacun, de novembre 2020 à février 2021.

Par cet état des lieux, nous communiquons contre l’idée que les théâtres sont voués au vide, contraints au silence, en berne.

Durant ces derniers mois, nous n’avons jamais cessé de travailler. Nous avons été imaginatif.ve.s, engagé.e.s, combattant.e.s, nous sommes resté.e.s droit.e.s malgré les doutes, les déceptions, les révoltes parfois.

Nous n’avons jamais cessé de croire au Théâtre, avec les équipes de nos institutions respectives, si différentes et si complémentaires dans leurs missions, leurs esthétiques, toujours au service des artistes et des équipes techniques dont nous avions la responsabilité.

Vous découvrirez dans ce document commun une partie de ce que nous avons fait, souvent dans l’ombre, ces derniers mois.

Aujourd’hui, nous attendons de pied ferme de pouvoir jouer pleinement notre rôle auprès du public, et d’être à nouveau réuni.e.s dans nos « Maisons ».

Consulter le document

21.06.2018

Archives

Vous souhaitez obtenir des informations sur notre programmation des saisons précédentes (16/17 et avant) ? Il vous suffit d’écrire à info@saintgervais.ch et nous vous répondrons dans les meilleurs délais.