Mécanique V

  • 08 — 17.03.2019

Julie Cloux/Matteo Zimmermann

© Fédération Spontiste
© Fédération Spontiste
© Fédération Spontiste
© Fédération Spontiste

Attention: vaudeville! Été 1911, un député, que l’impudeur de son épouse scandalise, attend la visite d’un riche industriel… Dans Mais n’te promène donc pas toute nue!, l’écriture paroxystique de Feydeau nous conduit à nous poser des questions incontournables sur la représentation et sur ce que nous représentons. Canicule et préjugés allument ici un incendie que le rideau final ne parvient pas à éteindre. Pour la Fédération Spontiste, familière des textes autrement plus âpres de Döblin, Büchner ou Burroughs, s’attaquer à Feydeau s’est imposé comme une plaisanterie nécessaire. C’est avec leur méthode, faite d’analyse et de spontanéité, qu’ils abordent la mécanique vaudevillesque. Dans un décor mêlant nuit inconsciente et blancheur objective, des caméras épient les faits et gestes des acteurs, révélant la dimension psychodramatique des enjeux. Ici, les règles pourront être bouleversées, les rôles inversés, tant dans le domaine de la fiction que sur le plan du réel.

D’après
Mais n’te promène donc pas toute nue! de Georges Feydeau

Conception
Julie Cloux et Matteo Zimmermann (Fédération Spontiste)

Jeu
Julie Cloux, Stéphane Rentznik, Bartek Sozanski et Matteo Zimmermann

Vidéo
Gabriel Bonnefoy

Lumières
Luc Gendroz

Scénographie
Victor Roy

Costumes
Anna Van Brée

Maquillage
Julie Monot

Administration
Laure Chapel – Pâquis Production

Production
Fédération Spontiste

Coproduction
Théâtre Saint-Gervais