Sane Satan

©Benjamin Egger
©Benjamin Egger
©Benjamin Egger
©Benjamin Egger
Teresa Vittucci
Dit simplement Revenir au texte original Billets
  • mer 21 Mai 19 h 00
  • jeu 22 Mai 20 h 30
  • ven 23 Mai 20 h 30
  • sam 24 Mai 20 h 30
  • Age minimum: 18

Avec la pièce de groupe Sane Satan, Teresa Vittucci poursuit son odyssée blasphématoire en proposant une version ludique du récit du mal. Après avoir performé les figures revisitées de Marie et Ève, l’artiste s’intéresse au bad boy de la Bible pour le dernier volet de sa trilogie In praise of vulnerability. À travers le prisme d’une relecture queer, elle érige Satan en mascotte des outsiders. Lucifer réhabilité en libérateur féministe de la tyrannie de Dieu le Père, défie la théocratie misogyne. Le diable associe ici son haut potentiel transformiste aux attributs de la bimbo, créature diabolique par excellence, moulée dans le mauvais goût, les artifices, la vulgarité et le rose bonbon. En se réappropriant avec humour et sacrilège le droit de disposer librement de son corps, de le modifier, de le transformer, et de l’exhiber comme un joujou en plastique, la bimbo fait éclater les carcans avec la légèreté d’une bulle de savon. Avec talons mais sans tabous, Sane Satan ose en toute impiété et sans pitié détourner le sacré de son droit chemin.

Le spectacle parle de Satan.

Satan est le méchant personnage de la Bible.

Mais dans le spectacle Satan est :

  • un héros pour les personnes différentes,
  • un personnage positif, il libère les gens,
  • comparé à une bimbo.

La société définit une bimbo comme :

  • une femme vulgaire,
  • une femme provocante,
  • une femme superficielle.

Dans ce spectacle la bimbo dit : « je fais ce que je veux ».

La bimbo est drôle.

Dans ce spectacle il y a :

  • de la musique forte,
  • des corps nus,
  • des gros mots,
  • des beaux mots.
Conception, direction, texte Teresa Vittucci
Performance Alina Arshi and Teresa Vittucci
Dramaturgie, texte, vidéo Benjamin Egger
Support dramaturgique Lea Moro
Music Gil Schneider
Stage and light design Anna Wohlgemuth
Light design, technical direction Anahí Pérez
Choreographic and material assistance Emma Bertuchoz, Emmeliin Chemouny
Inventor Gabriel Schneider
Production management Diana Paiva, high expectations
Administration Karin Erdmann
Production OH DEAR! Zürich
Co-produced Internationales Sommerfestival Kampnagel, Arsenic Lausanne, Tanzhaus Zürich, Charleroi danse DCCN, La Briqueterie CDCN, Maison Saint-Gervais Genève, Dampfzentrale Bern
Supported by Dance Network Switzerland

Partially developed with and special thanks to Henry Browne and Deborah Macauley

Co-production in residency O Espaço do Tempo, La Briqueterie - CDCN du Val-de-Marne (supported by the French ministry of Culture / DRAC IDF)

Kindly supported by RESO Dance Network Switzerland, Stadt Zürich Kultur, Fachstelle Kultur Kanton Zürich, Pro Helvetia, Stiftung Anne-Marie Schindler, Landis & Gyr Stiftung, Prix Tremplin Leenaards / La Manufacture

With the support of the Société Suisse des Auteurs (SSA)

Special thanks to Belluard Bollwerk Festival Fribourg and Studio CUTE

Teresa Vittucci est diplômée du Conservatoire de Vienne, de la Ailey School, de l’Académie expérimentale de danse de Salzbourg (SEAD) et de l’Université des arts de Berne, où elle a obtenu son master en théâtre élargi. Depuis 2013, elle développe une pratique solo à travers ses œuvres Unleash (2012), Lunchtime (2015), All eyes on (2017) et Hate me, tender (2018). Elle a collaboré avec plusieurs artistes et institutions dont le Staatstheater Mainz, Benny Claessens, Simone Aughterlony, Marie Caroline Hominal, Trajal Harrell, Gil et Nils Amadeus Lange, avec qui elle a créé le duo U betta cry. Suite à une invitation du Centre Culturel Suisse à Paris, elle a organisé le festival SHAMELESS en février 2020.  Teresa a reçu la bourse danceWEB d’ImPulsTanz 2013 (Ivo Dimchev), la bourse d’études étrangères du ministère autrichien de la Culture (BKA), le STARTstipendium du BKA ainsi que la TURBOResidency à ImPulsTanz en 2014 et 2018. Elle a également gagné le prix de reconnaissance de la ville de Zurich pour son travail en tant qu’interprète exceptionnelle et a obtenu le Prix suisse de la danse pour Hate me, tender. Depuis 2019, Teresa est Young Associate Artist (YAA!) au Tanzhaus Zürich.

Prochainement

Ce site web utilise des cookies.