Moi-même, je me suis déçu.

  • 14.09.2019

ROBERT CANTARELLA/ROMAIN DAROLES

DANS LE CADRE DE LA BÂTIE – FESTIVAL DE GENÈVE

© Baptiste de Ville d'Avray / Droits réservés
De 14h à 23h
Le public est libre d'entrer et de sortir à sa guise tout au long de la performance.
  • 540’

«Je n’en reviens pas, on ne parle que de cela! […] Nous n’avons jamais eu d’entretiens aussi vivants, intéressants et qui aient un pareil succès!» En 1950, lorsque la Chaîne Nationale s’invite chez Paul Léautaud pour une série de «causeries radiophoniques», personne n’imagine qu’un mythe est sur le point de naître. L’écrivain est rare dans les médias et son monumental Journal pas encore connu du public. Perspicace et tonitruant, il préfère la compagnie de ses chats à celle de ses contemporains. Sans aucune méthode et avec misanthropie, Léautaud le non-conformiste, le bohème, Léautaud le mémorialiste de son siècle, l’autodidacte aux connaissances encyclopédiques, se livre à une excroissance déraisonnable de paroles libres, violentes, drôles, sans équivalent dans l’histoire de la radio. Pour redire ces neuf heures d’émissions bout à bout, Robert Cantarella (qui a déjà fait merveille en rejouant à l’oreillette les séminaires de Gilles Deleuze) s’allie à Romain Daroles. Un document exceptionnel.

Conception et interprétation
Robert Cantarella et Romain Daroles

Lumières
Philippe Gladieux

 

Production
Compagnies R & C et Suite Suisse

Coproduction
La Bâtie — Festival de Genève, Théâtre Saint-Gervais