Les 40 jours du Musa Dagh de Franz Werfel

  • 25 — 27.04.2024

Lecture par György Karsaï et Philippe Macasdar

©Philipe Macasdar
©Philipe Macasdar
Jeudi 25, 18h30–22h Lecture
Vendredi 26, 18h30–22h Lecture

Samedi 27, 16h–19h30 Lecture
PAUSE
20h30–22h Conférence de Jean Cordelle : "Histoire de l’épopée du Musa Dagh/Ras El Mina, des Arméniens et des Marins"

Entrée libre, petite jauge réservation conseillée.
Chapeau à la sortie, les recettes sont reversées à l'Union Arménienne Suisse (UAS)

Du 25 au 27 avril 2024 à la Maison Saint-Gervais Genève, György Karsaï et Philippe Macasdar proposent la lecture des 40 jours du Musa Dagh. Publié en 1933, ce roman interdit par Hitler puis brûlé dans des autodafés connaît un succès mondial immédiat. Franz Werfel s’est inspiré d’événements survenus à l’été 1915 au sud-ouest de la Turquie, dans le massif du Musa Dagh (Mont Moïse). Alors que les premiers massacres du peuple arménien ont débuté, 5000 d’entre eux refusent la fatalité de la déportation, se réfugient dans le maquis et résistent aux assauts de l’armée ottomane. Dans son roman, Werfel imagine un personnage baroque, Gabriel Bagradian, riche Arménien de Paris que ces circonstances dramatiques révèlent à lui-même, le métamorphosant en chef de guerre, héros déchiré d’une communauté mobilisée, quarante jours durant, contre un génocide en marche.

A l’heure où l’Arménie vit une tragédie humanitaire avec l’arrivée d’une centaine de milliers de déportés, contraints de quitter la région du Haut-Karabagh après son annexion par l’Azerbaïdjan, Les 40 jours du Musa Dagh résonne plus que jamais au présent. Ce roman a par ailleurs joué un rôle majeur dans l’histoire de la résistance juive au nazisme, une source d’inspiration pour les combattants des ghettos qui se sont reconnus dans les Arméniens du Musa Dagh.

De cette fresque grandiose, György Karsaï et Philippe Macasdar ont extrait « leur Musa Dagh ». Quelques pépites à partager au fil d’une lecture au long cours, commentée et accompagnée de projection d’images d’archives rares. Un antidote poétique puissant contre toutes les formes de désespoir et de résignation.

Une conférence de Jean Cordelle, descendant de l’un des marins français venus secourir en bateau les Arméniens réfugiés dans le Musa Dagh, clôturera ces 3 jours de lecture.

HISTOIRE : Début septembre 1915, les Arméniens désormais à court de vivres et de munitions qui tiennent toujours le Musa Dagh, seront sauvés d’une mort certaine par les vaisseaux de la marine française.

Le 24 avril 1915, près de trois cents intellectuels arméniens ont été arrêtés et assassinés à Istanbul. Cette date a été retenue pour commémorer le génocide des Arméniens qui fit 1 500 000 morts et n’est toujours pas reconnu par l’État turc.

Entrée libre, petite jauge réservation conseillée.
Chapeau à la sortie, les recettes sont reversées à l’Union Arménienne Suisse (UAS)

L’auteur:

Franz Werfel (1890-1945), poète, romancier et dramaturge autrichien d’origine juive, appartient à la brillante génération d’écrivains de l’Empire austro-hongrois, aux côtés de Stefan Zweig et Arthur Schnitzler. Né à Prague, pionnier de l’expressionisme, ami proche de Franz Kafka, Werfel épouse Alma Mahler qui exerce une grande influence sur lui. Pourchassés par les Nazis, ils s’exilent aux USA. Le film tiré de son best-seller sur Bernadette Soubirous, Le Chant de Bernadette, obtient quatre Oscars à Hollywood en 1943.

Les lecteurs:

György Karsai est professeur honoraire à l’Université de l’art du théâtre et du cinéma de Budapest et l’Université de Pécs. Spécialiste de philologie classique, de l’épopée homérique, du théâtre antique grec, traducteur de Sophocle et de Plaute, on lui doit une quinzaine de livres. Il est aussi un connaisseur affuté de l’œuvre de Werfel.

Philippe Macasdar a été conseiller artistique à La Comédie de Genève entre 1984 et 1994, puis a dirigé le Théâtre Saint-Gervais de 1994 à 2018. Il a enseigné à la Manufacture à Lausanne depuis son ouverture en 2003 jusqu’en 2016. Metteur en scène, il a monté notamment des pièces de Peter Weiss, Michel Vinaver, Jakob Lenz, Brecht et Tchekhov.