Bibliothèque des projets non achevés ou simplement évoqués

  • 29.02.2024

Céline Nidegger et Bastien Semenzato

Invité JD Schneider

Pew Pew
JDSchneider

Auteur et cinéaste , ses créations pour le théâtre ou le cinéma prennent leurs racines dans un mélange de mythologies de fantasme et d’ésotérisme, apports magiques qu’il fait grandir au sein d’un quotidien bien réel. Il vient de réaliser L’ìle des Esclaves, adaptation science-fiction de la pièce homonyme de Marivaux, développe une série basée sur Frankenstein pour la télévision et un film radioactif dans le sud de l’Espagne.

Si l’on en croit le prix nobel de physique Georges Charpak, il serait possible de lire, à l’aide d’un laser assez puissant, l’empreinte des sons gravés dans un canevas par les poils d’un pinceau et entendre les commentaires du peintre ou de son modèle au moment où l’oeuvre a été créée. Le jeu des vibrations de la matière sur notre monde ferait de la matière un enregistreur géant. Il ne nous reste qu’à lancer le laser en lecture à volonté. Comme on lirait un CD.  Dans cette logique de mémoire imprimée, peut-on imaginer que la lumière grave la matière? Les images sont-elles aussi enregistrées? Comment les lire? Et si les apparitions de fantômes, poltergeists, hantises étaient la manifestation de mémoires du monde que l’on parviendrait à apercevoir suivant nos dispositions, nos capacités, nos besoins? Le monde a-t-il des souvenirs, une conscience? Le monde nous ment-il? Participons-nous à imprimer son enchantement ou son horreur de manière inconsciente? Le monde rêve-t-il? Après des recherches sur l’enregistrement de cet invisible et une suite de grosses déceptions, JD Schneider a lancé la réalisation d’un documentaire scientifique  et la création d’un cabinet de réenchantement du monde.

Bibliothèque des projets non achevés ou simplement évoqués, définition:
Qu’est-ce qu’un résultat dans le domaine artistique ? L’inachevé a-t-il une utilité ? Avides de mieux comprendre la fragilité et la folie des processus de création, Céline Nidegger et Bastien Semenzato ont interviewé une soixantaine d’artistes aux parcours très différents. Dans cette collection de confidences face caméra, chacun d’eux détaille un projet jamais abouti. Fondée au Grütli, cette indispensable bibliothèque investit le Théâtre Saint-Gervais. Plusieurs chaises hautes permettent de découvrir les vidéos in situ, alors qu’une nouvelle interview est réalisée chaque mois en public, suivie par quelque chose de légèrement plus absurde : un extrait de l’œuvre en question. C’est-à-dire le «résultat », sous forme d’une performance ludique, d’un projet qui n’en a justement pas donné.

Lien vers les archives des bibliotèques

Production Superprod
Coproduction Maison Saint-Gervais